Pellaines   -   Racour


Lincent

Présentation générale

  • Lijnsem (1031), Linsin (1788), Lincent (1831).
  • Lincentois.
  • Hesbaye liégeoise, environ 90 m d'altitude.
  • Village résidentiel, agriculture.
  • 726 ha ; 1.542 habitants.

Un peu d'histoire

Il existe en Hesbaye un joli village du nom de Lincent, Leysem en néerlandais, situé sur la route entre Tirlemont et Huy. Avant les fusions de communes, il comptait environ 1300 habitants, mais l'entité englobe actuellement les villages voisins de Racour et de Pellaines, ce qui porte le nombre à plus de 3000.

À Lincent, la terre est limoneuse et l'agriculture fut toujours florissante. Pour aller aux champs, de pittoresques chemins en terre battue appelés chavées et entourés de talus à la végétation exubérante sillonnaient la campagne. Au détour d'une des chavées, une espèce de rond-point appelé le " paradis des chevaux " faisait jadis office de cimetière destiné à recevoir les dépouilles de ces animaux après leur mort.

Il y avait aussi, au bout de la rue du Warichet, un endroit intéressant, rafraîchissant et boisé, dit " Les sept fontaines ", où le bruissement de sept sources charmait les oreilles et où de minuscules poissons appelés " chabots " se glissaient entre les pierres.

Outre les agriculteurs, il y avait à Lincent des constructeurs de fours à pain bien connus dans toute la région, appelés "forguinis" (faiseurs de fours), surnom qui caractérise aujourd'hui les habitants du village. Le souvenir de ces artisans est materialisé de nos jours par une statue réalisée en fil de fer, placée au milieu du rond-point se trouvant à la sortie de l'autoroute Bruxelles-Liège. Ces fours à pain étaient construits à l'aide d'une pierre appelée tuffeau, extraite d'une carrière située dans le village. Le tuffeau a été utilisé pour la construction de différents bâtiments, notamment la très belle ancienne église romano-gothique, dont les ruines qui servent de cadre à des spectacles et des manifestations sont classées par les Monuments et Sites depuis 1940. Deux châteaux ont aussi trouvé leur place dans le village, le château Michaux, d'inspiration néo-gothique, surmonté de deux tours carrées, qui a été construit en 1904 selon les plans de l'architecte Froment par l'entrepreneur local Théophile Henrioulle, et le château Ulens, plus moderne, sis route de Huy.

À côté du château Michaux, le long de la rue des Écoles, une ferme ancienne, avec cour intérieure carrée, ex-dépendance du château, est devenue un lieu de gastronomie sur rendez-vous. La maison communale, néo-classique, datant des années 1870, est une œuvre de jeunesse de l'architecte Poelaert, l'auteur bien connu du Palais de Justice de Bruxelles.

Des nombreuses maisons construites en tuffeau au cours des derniers siècles certaines sont encore bien visibles actuellement et souvent joliment restaurées. La bière dénommée "Li Pireye di Licint" est un des fleurons du village. D'un gout agréable, elle a pris le nom du lieu où se trouvait la carrière de tuffeau. La confrérie qui la parraine vient de fêter son vingtième anniversaire. Les activités festives et culturelles sont assurées par l'ASBL Cenac, qui organise notamment la grande fête au centre du village pendant le week-end de la Pentecôte. Par ailleurs, l'ASBL Sauvegarde, entretien et promotion du site de l'ancienne Eglise de Lincent a pour objet de protéger et de faire revivre les ruines de l'ancien édifice.

Des associations sportives et récréatives apportent également de l'animation au village et une salle omnisports permet à chacun d'entretenir ou de retrouver sa forme.

Un salon du vin est organisé tous les ans en février et propose une large gamme de bouteilles de qualité.

Notons encore que Lincent est jumelé avec la localité française de Lussac, dans la Gironde. Dans ce cadre, des rencontres réunissant alternativement en France et en Belgique les habitants des deux entités favorisent un rapprochement et une meilleure compréhension au-delà des frontières.

A voir

  • L'ancienne église St Pierre est de type romano-gothique, avec sa tour de défense construite en tuffeau de Lincent au 12e siècle, sa nef romane qui comporte cinq travées et son chœur du 14e siècle qui est éclairé par cinq fenêtres gothiques. Les bas-côtés ont été reconstruits aul8e siècle.
    Grâce à l'action de l'asbl "Sauvegarde, entretien et promotion du site de l'Ancienne Eglise de Lincent" en partenariat avec la Région Wallonne, la Province de Liège et l'Administration communale de Lincent, les ruines ont été sauvées en 2000 et sont réaffectées à des activités culturelles.
  • L'ancienne ferme Vanesse millésimée de 1747, rue du Village au n°39 possède une porte singulière de type renaissance entourée d'une galerie en pierre de Gobertange.
  • Le château Michaux, d'inspiration néogothique, a été édifié en 1904- 1905 par l'entrepreneur Théophile Henrioulle d'après les plans d'Hubert Froment. A ses côtés on peut voir une ancienne ferme en carré dont les origines remontent au Moyen-Age.
  • La maison communale dessinée par Joseph Poelaert, célèbre architecte du Palais de Justice de Bruxelles.
  • Quelques façades pittoresques en tuffeau.
  • Des ruelles au charme typique.
  • L'ancien presbytère datant de 1741 et quelques chapelles et potales.

Gastronomie

Ne nous quittez pas sans avoir goûté à nos délicieux produits locaux proposés par la Confrérie Li Pîr' rêye di Lîcint créée en 1989:

  • La bière "Li Pîr' rêye di Lîcint" qui se décline en deux variantes: la blonde et la brune.
  • Le "Boutchou" (pâté en croûte).
mercredi, 28 Jui 2017

jeudi, 29 Jui 2017